samedi 14 décembre 2019

Elliott Murphy - La Clef - Saint-Germain-en-Laye

Ce samedi 14 décembre Elliott Murphy, icône rock et folk sans conteste, se produisait à la Clef de Saint-Germain en Laye.
Suivant cet artiste depuis ses débuts, ayant eu l'occasion de le voir précédemment à deux reprises, je ne pouvais manquer son passage si près de mon domicile.
A cette occasion c'est ma fille Caroline qui m'accompagnait.
Elliott Murphy, plus de trente albums à son actif, plus de 500 chansons au répertoire, a laissé l'Amérique pour s'installer à Paris depuis une trentaine d'années, il est une légende du Rock Américain.

A l'affiche de cette soirée musicale était également prévu H. Burns qui a du annuler pour raisons de santé.

Le public n'est pas des plus jeunes, ces derniers n'écoutant malheureusement plus ce genre de musique devenue d'un autre temps. Le concert initialement programmé dans la grande salle a été déplacé dans la salle Club, des annulations étant survenues du fait des grèves et de l'absence de H Burns.

Ce soir Elliott Murphy se produisait en trio, accompagnait du fidèle Olivier Durand, un excellent guitariste et de Melissa Cox, au violon.

Le premier titre de la soirée, interprété avec Olivier Durand, sera "Drive All Night", extrait de son excellent album, un de mes préférés, "Just a Story From America".

Ce titre sera suivant de "Something Like Steve Mc Queen", titre inspiré d'une rencontre dans une salle de concert il y a bien longtemps à Greenwich Village, un mercredi soir, avec l'actrice Ali Macgraw, comme il nous le racontera.

Les deux complices seront ensuite rejoints par Melissa Cox pour "Change Will Come"

Les titres vont s’enchaîner, interprétés toujours avec le même entrain par Elliott.
"Take that Devil out of Me", "Made in Freud", "RazzMatazz", "I Want to Talk to You","Take your Love away", "Fix me a Coffee","Ophelia"

Il nous parlera des sujets qui peuvent inspirer pour écrire les chansons, l'amour, les voitures, mais Bruce Springsteen à tout dit à ce sujet. Restent les bottes. Il entame alors " These Boots are made for walkin'" une reprise de Lee Hazelwood, qui sera suivie de "Chelsea Boots".

Les titres suivants seront "Alone in my Chair", "You never Know  what You are in for".

La salle est remplie d'un public connaissant particulièrement bien les chansons et l'artiste.
La taille de la salle permet une grande proximité avec les musiciens et l'ambiance s'en ressent.

Autres titres, l'excellent "On Elvis Birthday Party", suivi de "Deco Dance" un titre de l'album "Night Lights"

Pour aller jusqu'à la fin du set nous aurons droit à "A Touch of Kindness", à l'incontournable medley "Last of the Rock/Shout".

Nous aurons bien sûr droit à un rappel de deux titres. Le premier interprété avec Melissa Cox, sera "Anastasia", très beau titre, tiré de "Just a Story from America". Ils seront rejoints par Olivier Durand pour "Rock Ballad", extrait du même album,  morceau qui clôturera cette très agréable soirée.  C'était le dernier concert de l'année pour Elliott Murphy. Ce l'était également pour moi.
Vive 2020 qui s'annonce déjà très prometteur, avec de grands noms à l'affiche sur Paris.

 







Aucun commentaire:

Publier un commentaire