vendredi 23 février 2024

The Pineapple Thief - Elysée Montmartre

Ce vendredi l'Elysée Montmartre accueillait le groupe anglais The Pineapple Thief originaire du Somerset. Fondé en 1999 emmené par son leader chanteur guitariste  Bruce Soord, il compte à son actif déjà seize albums en studio dont le dernier récemment paru "It leads to This" est excellent. La qualité est toujours au rendez-vous avec ce groupe que l'on classe dans les groupes de rock progressifs.
Le public était au rendez-vous et la queue s'étendait assez tôt dans les rue de Steinkerque et d'Orsel.
Mon amie Muriel m'accompagnait.

Dès 19 heures 40 les lumières s'éteignaient pour laisser place à Randy McStine, musicien originaire de New York, œuvrant depuis 2009 avec le projet Lo-Fi Resistance et ayant en 2022 intégré le groupe Porcupine Tree en tant que touring member.
Après une longue introduction électronique, il va nous interpréter quatre  de ses compositions. Personnellement je n'ai pas accroché à sa musique malgré sa voix puissante, le fait qu'il ne soit pas accompagné par un groupe, peut-être. Il recevra un bel accueil du public.

Sa setlist fut la suivante ;
Instrumental sans titre
Before
Who to Avoid
Activate
Big Wave

ll est 20 heures 40 lors The Pineapple Thief investissent la scène, Bruce Soord le chanteur guitariste, Jon Sykes à la basse, Steve  Kitch aux claviers, Gavin Harrison aux fûts et Beren Matthews à la guitare solo. Tous d'excellents musiciens comme ils vont une fois de plus nous le montrer au cours de leur prestation de grande intensité.
Pour démarrer ce sera "The Frost" premier extrait du dernier album  qui d'entrée va donner le ton. Pour suivre "Demons" extrait de "Versions of the Truth" avant de revenir au dernier opus avec "Put it Right" qui ouvre ce nouvel album.
Nous aurons ensuite droit à deux autres titres de "Versions of the Truth", "Our Mire" et "Versions of the Truth".
Viendra ensuite une version revisitée de "Dead in the Water" de leur précèdent disque.
Retour à leur dernière production avec le très bon "All That's Left" mon titre préféré. suivi de "Now it's Yours"
Ils nous proposeront ensuite un premier extrait de l'album de 2016 "Your Wilderness" avec "Fend For Yourself" avant de revenir avec trois titres au dernier album qui aura eu la part belle au cours de cette soirée, avec "Rubicon","To Forget" et "It Leads to This"
Pour terminer le set ce sera "Give It Back" de l'album éponyme et l'excellent "The Final Thing on my Mind" de "Your Wilderness".
En rappel deux titres "In Exile" et "Alone at Sea" pour clore un set de très haut niveau avec des musiciens de grands talents qui ne se seront pas moqués de leur public et recevront l'ovation méritée au moment de quitter la scène.

La setlist :


The Frost
Demons
Put it Right
Our Mire
Versions of the Truth
Every Trace of Us
All That's Left
Dead in the Water
Now It's Yours
Fend for Yourself
Rubicon
To Forget
It Leads to This
Give It Back
The Final Thing On My Mind

Encore :

In Exile
Alone at Sea

 



samedi 27 janvier 2024

Stephan Eicher à la Merise TRAPPES

Ce samedi 27 janvier, 2024 dans le cadre de sa tournée Et Voilà ! Stéphan Eicher était à l'affiche de la Merise à Trappes. Concert annoncé complet.

Bien que l'ayant vu en 2022 à Versailles, je  reprenais des places ayant beaucoup apprécié sa prestation. Une nouvelle fois mon épouse m'accompagnait fan du chanteur.

Nous nous installions au quatrième rang, face au centre de la scène.

Il est 20 heures 30 lorsque Stephan Eicher et ses trois musiciens et complices se présentent à nous,  Noémie Von Felten harpe, Simon Gerber guitare, basse, batterie, Reyn Ouwehand , claviers, batterie, programmation.

Pendant une heure quarante cinq ils vont une nouvelle fois nous ravir.

Des titres  du dernier album et des titres plus anciens vont nous être proposés, notamment "Sans contact", "Le plus léger du monde", "Eclaircie", "Autour de mon cou", "Je te mentirais disant", "Tous les bars", "Lieblingsläbe", "Combien de temps/Two people" un medley "Rivière - Hope - Ni remords, ni regrets - Manteau de gloire", "Prisonnière", les incontournables "Des hauts, des bas" et "Déjeuner en paix" et pour terminer "Hemmige"

Comme toujours le contact avec l'assistance est excellente, anecdote et humour contribuant à créer une très belle ambiance.

Nous avons passé une excellente soirée, avec un artiste au répertoire de grande qualité et dont la présence scènique ne peut qu'enchanter le public.











 










dimanche 19 novembre 2023

Starsailor à la Maroquinerie

Ce dimanche les anglais de Starsailor se produisaient à la Maroquinerie.  Fondé en 2000 le groupe compte cinq albums à son actif. Le groupe a connu des interruptions mais se produit toujours dans sa formation d'origine,  James Walsh, au chant et aux guitares, James Stelfox à la basse, Barry Westhead aux claviers et Ben Byrne à la batterie.

Le concert est affiché complet. Mon amie Muriel fan du groupe m'accompagnait.

En première partie un artiste italien Stefano De Stefano alias An Early BIrd,  qui pendant une trentaine de minutes, s'accompagnant seul la, guitare va nous proposer un set agréable. Belle voix, bon contact avec l'assistance.

Une vingtaine de minutes d'entracte et les lumières s'éteignement à nouveau. Starsailor fait son entrée sur scène, pour une prestation assez courte une heure quinze mais de très bonne qualité.

La première partie sera consacrée à l'interprétation intégrale de l'album "Silence is Easy" paru il y a vingt ans leur second opus après l'excellent "Love is Here" de 2001.

La seconde partie du set fera la part belle au premier album avec les titres "Poor Misguided Fool", Alcoholic", "Lullaby" ,"Tie Up My  hand"  et en rappel "Good Souls"

La voix de James Walsh est toujours aussi belle et le groupe toujours soudé.

Ce fut une belle soirée, que personnellement j'aurai souhaitée un peu plus longue, mais ne gâchons pas le plaisir qu'ils nous ont donné ce soir dans cette très bonne salle qu'est la Maroquinerie








 






 






La setlist 




lundi 13 novembre 2023

Marillion au Trianon

Dans le cadre de sa tournée  « A Tour Before It’s Christmas », le groupe Marillion fait étape aujourd'hui au Trianon. Je ne pouvais manquer le passage de cette formation anglaise que j'ai déjà vue une dizaine de fois. Bien que passant très rarement sur les ondes, les concerts du groupe sont toujours sold-out car il possède un public des plus fidèles.
Mon amie Muriel a accepté une nouvelle fois de m'accompagner.

Dès 18 h 30 la queue est déjà constituée devant la salle, boulevard Rochechouart, le concert est annoncé complet.

Vers 19 heures nous gagnons nos places, balcon deux, face à la scène.

Il est 19 heures 30 lorsque les lumières s'éteignent et qu'entre sur scène le duo Iamthemorning. Duo d'origine russe dorénavant basé en Angleterre, composé de la chanteuse  Mariana Semkina et du pianiste Gleb Kolyadin.
Pendant une demie-heure ils vont nous proposer un set très agréable, un rock progressif  tirant vers le classique, la chanteuse nous rappelant par moments Kate Bush par ses manières et sa voix éthérée.
Ils recevront un très bon accueil de l'assistance.

Il est 20 heures 20 lorsqu'à nouveau les lumières s'éteignent et que démarre le show de Marillion après un petit faux départ dû à un léger problème technique très rapidement résolu.

Le premier titre, Invisible, tiré de Marbles va donner le ton de la soirée. Sur l'écran s'affiche le visage de Hoggart qui rejoindra ses compagnons quelques minutes plus tard sur la scène. Pour cette tournée il est à noter que  Marillion s'est adjoint le concours du percussionniste portugais Luis Jardim qui interviendra sur tous les titres à l'exception des deux du premier rappel.

Le titre suivant sera Easter tiré de l'excellent Season's end, un de mes albums préférés.
A l'issue de ce morceau Hoggart rappellera que cela fait exactement 8 ans qu'est survenue l'attaque du Bataclan, un bien triste souvenir.
Suivra un long extrait du dernier opus "An Hour before the Dark" avec Reprogram the Gene, part 1,2 et 3.
Hoggart est en voix et ses complices assurent comme toujours.

Pour suivre ce sera  "Lucky"  extrait "Sounds That can't Be Made" . Que du très bon au programme.
Pas de répit suivent, "Beyond You" tiré d'"Afraid by the Sunlight, "Sound That can't be made " de l'album éponyme et "Quartz" extrait d'"Anoraknophobia"

Les quatre derniers titres du set seront extrait de "An Hour Before it's Dark"

En premier rappel "Spintering Heart " de Season'end et l'excellent "Neverland"

Pour terminer la soirée nous aurons droit à l'excellent "King" 

Une fois de plus les membres de Marillion ont enthousiasmé leurs fans avec une prestation de deux heures, puissante et prenante. Quel bien cela fait en cette période si troublée.


La setlist :

The Invisible Man
Easter  (Tribute to the 8th Anniversary of the Bataclan terrorist attack)
Reprogram the Gene (1) Invincible
Reprogram the Gene (2) Trouble-Free Life
Reprogram the Gene (3) A Cure for Us ?
Lucky Man
Beyond You
Sounds That Can't Be Made
Quartz
The Crow and the Nightingale
Care (1) Maintenance Drugs
Care (2) An Hour Before It's Dark
Care (3) Every Cell
Care (4) Angels on Earth

Encore :

Splintering Heart
Neverland

Encore 2 :

King


Pas de vidéo pour agrémenter la page, l'organisation Marillion.Com faisant la chasse sur YouTube.
C'est dommage car je ne pense pas que cela nuise beaucoup aux rentrées d'argent pour le groupe, vu la file d'attente au stand merchandising, même si la salle préempte une partie des recettes.
MONEY IS MONEY, les sentiments viennent après.




samedi 21 octobre 2023

The Cinelli Brothers + Eddie 9 V à Massy Palaiseau - Blues à gogo

Ce vendredi 20 octobre la salle Paul.B à Massy connue pour son excellente programmation nous proposait une soirée consacrée au blues avec à l'affiche deux excellentes formations, l'une anglaise, les Cinelli Brothers, originaires de Londres et l'autre Eddie 9 Volt, originaire d'Atlanta.
Peu connus dans nos contrées, l'assistance fût malheureusement assez réduite, pas plus de 120 personnes, pas des plus jeunes, mais des gens sachant apprécier ce genre de musique intemporel.

La première partie de la soirée est assurée par les Cinelli Brothers. Marco Cinelli au chant, clavier et guitare, son frère Alexandre à la batterie, Tom Julian-Jones à la guitare et à l'harmonica et Stephen Giry, au chant à la basse et à la guitare.
Pendant une bonne heure ils vont nous délivrer une excellente prestation à base de titres puisés dans leur propre répertoire, deux disques à leur actif à ce jour. Blues et Boogie au programme, excellement joué par ces musiciens multi-instrumentistes. Ils nous proposeront une belle reprise de "A million miles away" du regretté Rory Gallagher.




Leur prestation finie les quatre membres du groupes démontent eux-mêmes leur matériel, pour laisser la place à Eddie 9 Volt.

Eddie 9 V. de son vrai nom Mason Brooks Kelly est accompagné de Christopher Lane Kelly à la basse, David La Shaun Green à la batterie, et Chad Mason aux claviers.
Originaire d'Atlanta Eddie 9V  a enregistré son dernier opus dans les mythiques studios Capricorn, d'où le titre de son dernier et excellent opus. C'est en ce lieu qu'ont émergé des groupes tels les Allman Brothers, Lynyrd Skynird...
La prestation d'Eddie et de ses musiciens va être de haut niveau. Pas de frime ici. Ce qui compte c'est la musique. Les morceaux s'enchainent sans aucun temps mort, des compositions originales et quelques reprises. Que du bon.
Bon chanteur et excellent guitariste, il fait dans la simplicité, pas de changement de guitare à chaque morceau, pas trente-six pédales d'effet. Du blues, du funk.
Deux membres des Cinelli Brothers, les rejoindront pour un titre en spécial guests.




Ces deux formations nous ont offert deux heures trente d'une musique pleine de sincérité.
Ils ont reçu les applaudissements qu'ils méritaient, d'une assistance malheureusement trop peu nombreuse pour des musiciens de ce niveau, alors que le prix des billets était vraiment des plus modiques.

Malheureusement ce genre musical n'est pas des plus appréciés dans nos contrées.


 

 

lundi 9 octobre 2023

Benjamin Biolay à Saint-Germain-en-Laye

Dimanche 1er octobre la salle Alexandre Dumas, dans le cadre du Festival Saint-Germain-en-Laye en Live, accueillait  Benjamin Biolay pour le concert de clôture.
Le public était au rendez-vous, le concert affichant complet.
J'accompagnais mon épouse, une occasion pour moi de découvrir cet artiste que je ne connaissais que très peu, quelques chansons entendues ça et là.

Les lumières s'éteignent et résonne une cumbia.
Il est 21 heures lorsque Benjamin Biolay entre sur scène tout de noir vêtu, lunettes noires;
Le public lui est déjà acquis et le montrera tout au long de sa prestation d'une heure quarante.

Pour débuter "La superbe" qui donnera immédiatement le ton à cette soirée. La setlist parcourra nombre d'albums dont le dernier en date Saint-Clair

Il est entouré d'un excellent groupe composé de Pierre Jaconelli et Philippe Almosnino aux guitare, de Philippe Entressangle à la batterie, de Nathy Cabrera à la basse et de Gimena Alvarez aux claviers.
La tendance rock de la musique de Biolay est indéniable et donne l'envie de bouger à l'assistance sur plusieurs titres;

Le set se terminera sur "Comment est ta peine". 
Nous aurons droit à deux titres en rappel.
Il invitera les musiciens et tous les assistants techniques ainsi que son producteur originaire de la ville pour saluer et remercier le public.

J'étais venu en attendant pas grand chose mais j'ai été très agréablement surpris par la prestation scénique de cet artiste, certainement un des meilleurs en France.




La setlist :

La superbe
L'heure bleue
Les Lumières de la villes
Comme une voiture volée
Night Shop
Miss Miss
De la beauté là où n'y en a plus
Sans viser personne
Les cerfs-volants
Los Angeles
Ton héritage
Jardin d'hiver
Rends l'amour
Parc fermé
Pieds nus sur le sable
Comment est ta peine ?

Encore :

Saint-Clair
Padam


dimanche 24 septembre 2023

Joe HENRY à l 'Archipel pour un concert intimiste.

Ce samedi 23 septembre Joe Henry était de passage dans la capitale à l'Archipel petite salle de 150 places.

J'adore cet artiste qui tourne très rarement dans nos contrées, où sa notoriété est malheureusement assez confidentielle, celle de sa belle-sœur, Madonna dans un genre totalement différent l'étant beaucoup plus. . J'ai failli passer à côté, merci une fois de plus à la newsletter Fargo Mafia qui ne laisse elle rien passer. Il ne s'était pas produit en France depuis 19 ans.

25 ans de carrière, 17 albums à son actif,  Joe Henry, originaire de Caroline du Nord, a collaboré avec un très grand nombre d'artistes tels Daniel Lanois, Brad Mehldau, T. Bone Burnett, Elvis Costello, John Baez....

J'ai pris immédiatement  deux places et convaincu mon amie Muriel de m'accompagner.
Placement libre, nous nous installons au deuxième rang. Le public, pas des plus jeunes, mais des personnes sachant apprécier ce type d'artiste un peu inclassable. Joe Henry remerciera l'assistance d'avoir pris soin d' écouter ses chansons.

Il est 20 heures, lorsque Joe Henry entre scène.

Il interprétera seul les deux premiers titres s'accompagnant à la guitare électroacoustique, avant d'être rejoint par son "traveling orchestra" en l'occurrence son fils Levon Henry, au piano sur un titre puis à la clarinette.

La voix puissante de Joe Henry va nous enchanter pendant une heure trente. Durant son set il nous proposera quelques titres de son dernier opus, "All The Eye Can See", notamment ce morceau, ainsi que "Kitchen Door"et "Song That I know" et des titres puisés dans ses albums à la qualité constante.

Il reviendra seul pour un unique rappel pour nous interpréter une de des chansons préférées " Under my Skin" de l'immense et inoubliable Cole Porter qui a tant marqué la musique américaine.

Ce fût une très belle soirée, un seul bémol la température glaciale de la salle due à une climatisation mal réglée.